jeudi 9 août 2018

A LA DECOUVERTE DU VAL DE LOIRE: LE CHATEAU ET LE SITE DE BEAUGENCY.

BEAUGENCY: UN PEU D'HISTOIRE:

* Depuis le XIe siècle existait une forteresse médiévale, qui contrôlait le seul passage sur la Loire entre Blois et Orléans ( pont de Beaugency).
* Du XIe au XIIIe siècle, le château appartient aux seigneurs de Beaugency. En 1292, le dernier seigneur de Beaugency vend la seigneurie au roi Philippe le bel.
*Beaugency et son château appartiennent  alors à la couronne de France, puis échoient au XIVe s aux ducs d'Orléans.
* En 1422, Charles 1er d'Orléans cède Beaugency à son demi-frère Jean de Dunois, le "bâtard d'Orléans", compagnon d'armes de Jeanne d'Arc.
* En 1429, Jeanne d'Arc libère Beaugency occupée par les anglais. Jean de Dunois va construire sur les ruines du château médiéval un nouveau logis seigneurial.
* En 1518/1528: le cardinal Jean d'Orléans Longueville construit un second logis seigneurial (aile ouest) et apporte des modifications au premier.
* François 1er visite Beaugency à 3 reprises: en 1518,1526 et 1536.
*La famille d'Orléans conservera le château jusqu'à la Révolution.
*De 1840 à 1926, le château, propriété du département, deviendra un dépôt de mendicité destiné à réinsérer par le travail mendiants et prostituées.
*Le château est classé en 1926.
*En 2012, il est vendu à un propriétaire privé qui le réaménage et l'ouvre au public en 2014. 15 pièces du château sont reconstituées à partir de documents d'archives. 
NB: le château de Meung, proche, a le même propriétaire.

LE CHATEAU -vue extérieure.

Vue d'ensemble du château (façade sud, entrée du château). L'aile sud comporte des galeries  sur deux niveaux et daterait du temps de Jean de Dunois (XVe s).

La cour extérieure - au fond l'ancien donjon du XIe siècle.

Appelé à tort "tour César", ce donjon roman est tout ce qui reste de la première forteresse médiévale qui contrôlait le passage sur la Loire. Il fait 36 m de haut, l'intérieur s'est effondré. Il ne se visite que lors des journées du patrimoine. Il a été classé aux MH en 1840;

Cour intérieure; vue de l'aile ouest Renaissance construite entre 1528 et 1538 par le cardinal Jean d'Orléans Longueville, petit-fils de Jean de Dunois. Elle est flanquée à gauche d'un pavillon dont on n'aperçoit que le toit. Classé aux MH en 1926, elle a alors hébergé le musée de l'Orléanais. Elle a été restaurée en 2012.

Ailes ouest et nord, cette dernière date du XIXes.

L'aile nord est agrémentée de jolies arcades agréablement fleuries.

Aperçu de la cour côté nord et est. On aperçoit au fond le logis seigneurial construit sur les ruines du château médiéval à partir de 1429 par Jean de Dunois, le "bâtard d'Orléans", compagnon d'armes de Jeanne d'Arc. Il l'agrandira en 1450-60.

 Il comporte une tour d'escalier à vis que le cardinal Jean d'Orléans Longueville réaménagera en 1519, y créant diverses pièces. Sur la droite, une chapelle dédiée à Saint Georges jouxte le bâtiment. Elle daterait du XIVe s .

Détail de la tour d'escalier.
Cette aile gothique est ornée de fenêtres à meneaux.

Dans une pièce donnant sur la cour, on peut voir le four de la boulangerie datant du XIXe siècle, à l'époque où le château était un dépôt de mendicité.


                                        LE CHATEAU -Visite intérieure:
15 salles ont été reconstituées à partir de documents d'archives par les actuels propriétaires. Des panneaux explicatifs fournis renseignent sur les divers aspects de la vie au temps de Jean de Dunois.


La salle des gardes: on peut y admirer des armures d'époque dont celle de Jean de Dunois reconstituée.

Eléments de l'équipement d'un chevalier.

Le vestiaire  du chevalier.
D' intéressants panneaux explicatifs renseignent le visiteur sur la formation du chevalier, son équipement, les valeurs de la chevalerie…

L'office:
Dans cette pièce du rez de chaussée jouxtant la salle à manger on prépare les couverts, découpe les viandes, fait la vaisselle…
Un panneau explicatif renseigne le visiteur sur ce qu'on mangeait au Moyen Age.

On remarque ici la présence d'une cheminée assez belle: elle s'explique par la fait que cette pièce a été transformée en une chambre pour le roi François 1er en 1518 lors de sa visite à son cousin le cardinal d'Orléans Longueville, les pièces du 1er étage étant dégradées.

Quelques pots ou cruches utilisés à l'époque.

Vue de la cuisine.
Là encore, un panneau donne d'intéressantes explications sur la cuisine au Moyen Age.
Saviez-vous que le peuple mangeait plutôt la viande bouille, et l'aristocratie la viande rôtie, les ustensiles pour rôtir étant assez chers?

La salle haute:
au 1er étage (étage noble) se trouvaient en général  ce type de salle , voisinant avec la chambre du seigneur. C'est un lieu de festivités: des banquets y étaient organisés. C'est aussi un lieu de cérémonies et de justice.

Salle haute: cheminée sculptée.
Intéressantes informations là encore dans cette pièce sur les rituels du banquet.

Siège où se tenait le seigneur pour rendre la justice, une de ses prérogatives.

Intérieur de la chapelle Saint Georges (XIVe s). Logis Dunois.

Belle fenêtre de la chapelle.

Dans la chapelle.

Partie haute de la chapelle -Vêtements ecclésiastiques.

Retour dans la salle haute, avant de visiter la chambre du seigneur.

La chambre, vaste, avec son lit d'apparat.

Encore une fort belle cheminée.

La cuve pour le bain est surmontée d'une "chapelle" en tissu destinée à garder la chaleur.

Nous sommes à présent dans l'oratoire de Longueville (aile ouest -XVIe s).

Fresque sur la voute de l'oratoire représentant Dieu, maître du monde

La garde robe: pièce où l'on range les vêtements, dans des coffres ou suspendus. Au XVIe, la garde robe servira aussi de cabinet de toilette. Elle servait aussi de librairie (bibliothèque).

Dans un angle, la librairie: Dunois, à sa mort, possédait 53 livres, ce qui est appréciable à l'époque où l'imprimerie ne fait que débuter.

Belle voûte en carène de bateau renversée  (vers 1450) du grenier.
Il abritait les chambres des domestiques.

Le belvédère  Longueville, sorte de balcon de bois couvert qui déborde vers l'extérieur de la tour où il est situé. Il servait à surveiller l'arrivée d'éventuels ennemis. Il comportait une trappe qui permettait d'observer le pied de la tour.

Vue sur la ville de Beaugency.

                                     Retour à l'extérieur :


Un petit repos avant de poursuivre la visite.


Un moineau joue sur la façade.

LE JARDIN SUSPENDU (1525) :

Il s'agit d'un jardin sur terrasse ajouté en 1525 par le cardinal Jean d'Orléans Longueville devant la façade de l'aile Dunois. Nous pouvons depuis ce jardin avoir une vue sur la façade extérieure du logis seigneurial de Jean de Dunois.

Le jardin.

Treillage monumental qui fait le tour du jardin.

Autre vue de la façade depuis le jardin: on aperçoit au fond le mur de la chapelle.


A LA DECOUVERTE DE LA COLLEGIALE NOTRE DAME:
L'église collégiale romane primitive du XIe siècle, incluse dans la citadelle de Beaugency, est remaniée au XIIe quand les chanoines sont autorisés à créer une abbaye. Elle devient alors l'église abbatiale. Endommagée par les guerres de religion, elle est remaniée au XVIIe. Un concile s'y est tenu en 1152, pour l'annulation du mariage entre Louis VII et Aliénor d'Aquitaine (ce sera le point de départ de la guerre de cent ans, Aliénor ayant épousé ensuite le roi d'Angleterre en lui apportant ses terres).

Elle deviendra l'église paroissiale après la Révolution. Elle est inscrite aux MH en 1862.

La nef romane encadrée de solides piliers.

Le chœur et le chevet: belle architecture romane.

Vierge à l'Enfant et vitrail.

La nef et le mur ouest avec le grand orgue.


Chapiteau sculpté: David et Goliath.

Autre chapiteau: tête et  motifs décoratifs

Détail d'une des boiseries sculptées situées sous l'orgue: Nativité.

Une partie de l'abbaye  (l'ancien espace du cloître) est devenue en 1920 un lycée pour jeunes en difficulté sous la houlette des sœurs de la Charité. L'ancien dortoir est, lui, devenu un hôtel.

                        UN COUP D'OEIL SUR LA VILLE:

Une promenade dans Beaugency s'impose au visiteur: la ville a gardé de beaux bâtiments anciens qui lui donnent un cachet médiéval.

Place Dunois: une très belle maison à tourelle attire l'attention.

Le clocher Saint Firmin est tout ce qui reste d'une église du XVe s détruite à la Révolution. Son carillon joue paraît-il 3 fois par jour l'air du Carillon de Vendôme (XVe s).

L'ensemble formé par la place Dunois et la place Saint Firmin est dominé par le donjon au sud ouest.

Côté nord: le clocher Saint Firmin et la statue de Jeanne d'Arc.
Cette école privée est installée dans des bâtiments Renaissance.

Vue intérieure.

La promenade se poursuit : au fond la tour de l'Horloge (XIe-XVIIIes), qui était une porte de la ville au XIIe s (classée aux MH en 1922).

    La mairie est installée dans un beau bâtiment Renaissance du XVIes.

Le bâtiment fait de 36 m de haut, et a été classé aux MH en 1840.

Encore une jolie tourelle ici...


...et d'intéressantes baies romanes sur cette maison.

A l'approche de la Loire, une belle tour attire encore le regard : il s'agit sans doute de la "tour du Diable", qui faisait partie des fortifications de la ville.

Maisons du bord de Loire, au cachet ancien.

                                                 LE PONT ET LA LOIRE:

Il y avait déjà un pont à Beaugency au XIe siècle. Les plus anciennes arches du pont actuel datent du XIVe siècle. Au fil du temps, il a été endommagé et réparé et certaines arches datent de différentes époques.

Le pont vu de la rive sud. Il compte 24 arches et fait 460m de long.

Beaugency vue de la rive sud, dominée par le clocher Saint Firmin.

La Loire vue du pont, côté est.

De nombreux oiseaux vivent sur les îles au milieu de la Loire. C'est une zone Natura 2000 protégée.

Goéland en vol.

Diverses espèces de mouettes sont présentes.

Mouettes rieuses, au capuchon marron (en haut à droite).

Et plus rares des mouettes mélanocephales, au capuchon noir, bec et pattes rouges.

                                                                 Des colverts bien sûr…
 Il paraîtrait que l'on peut  y observer de nombreuses autres espèces, comme le sterne pierregarin, le sterne nain, le bihoreau gris (sorte de héron), l'aigrette garzette, l'oedicnème criard, le matin pêcheur et bien d'autres…

                             Une visite de Beaugency offre donc des centres d'intérêt très variés...